[Interview] Dr. Monique Ferry, médecin gériatre et spécialisée en nutrition de la personne âgée

Propos recueillis par C. BUCHE-FOISSY

Afin d’apporter des éléments de réponse, à la question principale : « Comment peut-on prévenir la perte d’autonomie chez les séniors grâce à une meilleure alimentation au quotidien ? », nous avons interrogé notre invitée présente lors de la conférence de lancement, le Dr. Monique Ferry :

UniLaSalle : « À quels facteurs principaux doit-on la perte d’autonomie des séniors au cours du vieillissement ? »

Dr. Monique Ferry : « La perte d’autonomie est liée le plus souvent, outre la maladie, au problème majeur des personnes qui avancent en âge : la dénutrition, avec son cortège d’effets délétères. La première conséquence est une diminution de l’immunité, donc des défenses, mais aussi la sarcopénie qui est la perte de masse musculaire, donc augmentation du risque de chutes, et de la fonction, qui est la force musculaire. »

UniLaSalle : « Les besoins nutritionnels changent-ils pour les personnes âgées ? Et pourquoi ? »

Dr. Monique Ferry : « L’alimentation joue un grand rôle chez les sujets qui avancent en âge. Elle doit remplacer par un apport extérieur tout ce que l’organisme qui vieillit ne peut plus lui apporter. En particulier elle a besoin de plus de protéines de bonne valeur biologique car un pas en avant coûte plus cher chez le sujet âgé qui n’a pas de diminution de ses besoins à activité physique équivalente, au contraire. »

UniLaSalle : « Quelles sont les recommandations spécifiques pour maintenir une bonne santé ? au niveau alimentaire ? au niveau de l’activité sportive ? de la qualité de vie en générale ? »

Dr. Monique Ferry : « Il faut encore plus lutter contre la sédentarité (tout geste soutenu peut être comptabilisé comme activité physique qui améliore l’utilisation des nutriments) qui est le point important. Le sujet âgé a des apports augmentés en énergie et non diminués comme on le croit trop souvent. Il ne faut pas manger plus, mais manger « mieux » ! En sus des protéines il ne faut pas oublier les vitamines et minéraux apportés de l’extérieur (légumes, fruits etc…) et bien s’hydrater. »

UniLaSalle : « De nombreuses idées reçues subsistent, qu’en est-il vraiment ? » Par exemple :

« Il faut éviter de manger des œufs car ils apportent du cholestérol. »

Dr. Monique Ferry : « Le cholestérol qui est dosé ne représente que 5% du cholestérol total…que l’on fabrique !  On peut donc manger des œufs sans problème. Œuf qui était jusqu’à un passé récent la protéine de référence. Jusqu’à 5 ou 6 œufs par semaine ne pose aucun problème.  »

« Il faut manger moins de viande quand on vieillit. »

Dr. Monique Ferry : « On n’est pas obligé de manger de la viande rouge… toutes les sources de protéines sont bonnes et une viande blanche comme le poulet ou la pintade apporte autant de protéines qu’une viande rouge‎. Il ne faut pas oublier les protéines d’origine végétale dont le rapport doit être diminué chez le sujet âgé (plutôt 60% d’origine animale et 40% d’origine végétale). Ceci est dû en grande partie à la vitamine B12 qui ne peut pas être synthétisée par l’organisme et n’existe que dans les produits animaux. Mais attention à ne pas consommer trop de viande transformée… »

« Les conserves sont de moins bonne qualité nutritionnelle. »

Dr. Monique Ferry : « Les conserves aujourd’hui sont de bonne valeur nutritionnelle, car moins salées pour la conservation, et peuvent même souvent remplacer les légumes surgelés » (NDLR : Les légumes surgelés restent néanmoins plus intéressant que les conserves nutritionnellement parlant. Même s’il y a du mieux, les légumes en conserve restent plus salés, les fibres sont dégradées et on perd beaucoup plus de vitamine qu’avec la surgélation. Mais bien évidemment, les légumes en conserve restent une solution pratique et peu chère).

« Les féculents font grossir et les légumes créent des gaz. »

Dr. Monique Ferry : « Pour les féculents les gaz sont liés au fait qu’ils ne sont pas écrasés et que leur cuticule doit être « cassée » lors de la digestion. Mieux vaut donc l’écraser avant… On peut le faire discrètement en écrasant chaque bouchée avec la fourchette. Et si l’on mange le nécessaire, ils ne font pas grossir! Pour les autres légumes le problème peut venir de la peau : pour les tomates par exemple. Celle-ci s’en va sans problème en l’ébouillantant. Pour le chou c’est la cuisson. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *